Le crédit du vendeur entre particuliers est simplement le prêt qui est convenu et accordé au nom d’un vendeur à l’acheteur qui est intéressé par l’achat du bien. L’avantage de ce type de crédit est qu’il donne à l’acheteur en question la possibilité d’éviter le système bancaire, qui comporte de nombreuses péripéties. C’est pourquoi ce type de crédit vendeur est le plus souvent utilisé chez les particuliers, notamment dans le cadre de liquidations de biens immobiliers. Bien que les professionnels puissent être impliqués dans les reprises et acquisitions d’entreprises de tout type. Quelle est la différence entre le crédit-vendeur entre particuliers ? L’explication dans cet article.

Le crédit du vendeur immobilier

Lorsque l’on parle du crédit vendeur entre particuliers, la première chose à savoir est qu’il s’agit en secret du crédit vendeur immobilier. C’est pourquoi le crédit vendeur entre particuliers est surtout accordé dans le cadre de transactions immobilières.

C’est la méthode la plus utilisée pour obtenir ce crédit. C’est une pratique courante pour la même raison que le crédit vendeur classique. L’acheteur n’aura pas besoin de recourir au système bancaire tandis que le vendeur est capable de justifier une valeur élevée de son logement.

Ainsi, l’acheteur, même s’il doit être responsable d’une grande partie du coût, est toutefois en mesure de négocier un compromis avec le vendeur. Le compromis est le crédit du vendeur. Qu’il s’agisse d’une vaste résidence ou d’un petit studio, le crédit du vendeur présente deux avantages.

Lire plus :   Comment trouver les bons mots-clés pour votre référencement ?

En effet, le taux ainsi que le montant et la durée de validité du crédit peuvent être convenus entre les deux parties. Il n’y a pas de mauvaises surprises à la suite de ces négociations.

Au contraire, cette option est très appropriée dans le cas où le propriétaire n’est pas en mesure de vendre son bien et que l’acheteur souhaite limiter l’influence des banques. Avec les différentes conditions qu’elles leur imposent, on comprend aisément pourquoi. Bien que le prêt réalisé par un agent immobilier entre deux personnes présente des avantages certains, il est légalement encadré.

Les obligations lors de l’obtention d’un crédit vendeur

Le prêt du vendeur est encadré par un cadre juridique spécifique afin d’éviter toute éventuelle violation de la loi lors de la transaction. Pour éviter toute violation potentielle du cadre juridique pendant la transaction, l’acte de vente doit être préparé dans une forme appropriée et valide devant une autorité valide, généralement le notaire.

Ce document doit préciser la durée et le montant du crédit accordé, ainsi que le taux d’intérêt et les frais supplémentaires éventuels. En outre, si le paiement doit être effectué en deux versements et que l’un d’eux est un crédit, l’autre partie du montant est versée au comptant au moment où l’acte est établi et signé.

Un partenariat gagnant-gagnant

Chaque partie a la liberté de fixer le taux d’intérêt. Il est même possible de le fixer à zéro. Comment ? L’acheteur pourrait proposer ce prix comme condition d’un prix non négociable que le vendeur a le droit de décider. Cela peut être au désavantage de l’acheteur à ce moment-là, mais ce sera à son avantage à long terme.

Lire plus :   Trouver une location de voiture à l’aéroport d’Ajaccio

En outre, le crédit du vendeur ne peut pas être égal au coût total de la propriété. Il peut représenter jusqu’à 30 % de la valeur du bien, et jusqu’à 50 % du prix. En outre, la durée du crédit est généralement de trois ans.

Il est donc conseillé de souscrire une assurance invalidité-décès dont bénéficiera le vendeur. De même, le notaire chargé de rédiger l’acte se voit accorder comme garantie du bien mis en vente ainsi que le « privilège du prêteur de fonds ».

Ce dernier point est bénéfique pour le vendeur afin de couvrir l’intégralité de la dette. En toute situation, la confiance entre les deux parties est la seule assurance de la réussite du prêt vendeur entre deux particuliers.